L’Open de Pacques à Hambourg

, par Michael

Ou : "Quand le Président d’honneur du "Hamburger Schachklub" invite, on ne dit pas non"
[article écrit par Max Krause]

Cette histoire commence déjà beaucoup plus tôt quand notre chère président Michael a l’idée d’organiser un échange avec le notable club d’échecs d’Hambourg.
Ce point était aussi presentee pendant l’AG de la Ligue Occitanie.
A la fin d’un long débat sur la forme et une date possible de cette rencontre, le club d’Hambourg nous invite de "tout d’abord" venir chez eux afin de (ré-) établir les liens nécessaires pour l’organisation d’un évènement à Toulouse l’année prochaine (2020).
Nous sommes alors invitées aux Tournoi de Pâques, invitation qu’on reçoit environ 3 semaines avant le début de tournoi. Il faut rapidement s’organiser et trouver du monde pour les visiter...
Dit, fait --- Sauf...Nico n’est plus dispo et Greg trouvera non plus l’opportunité de se libérer. Et aussi le président n’est pas dispo car il avait déjà un évènement prévue en famille (c’est qu’est plutôt normal pour pacques).
Et il y avait aussi l’un ou autre hors du CATE, qui étaient tentés d’y aller, mais c’étaient enfin les couts de voyage - les prix des tickets étaient déjà augmentés aussi proche de la date... En plus, le tournoi de Tarbes et les championnats de France a Hyères...
La délégation sera donc fortement réduite…je dois y aller solo.
Il est le 18 Avril quand le seul envoi du CATE prend le vol à Hambourg via Amsterdam. Le but principal restera à rencontrer les gens du HSK pour faire la pub sur l’idée d’un évènement commune grandiose à venir. Ah...oui, j’ai presque oublié qu’il faut aussi jouer aux échecs…
La première ronde commence le lendemain vers 10h00. J’arrive tôt pour pouvoir profiter encore un peu d’air frais et de faire un petite "balade nostalgique" dans le demeure de mon ancien club dont je vous donne quelques impressions en image dans cette article.
Il y’a approximatif 20 ans (je ne sais pas exactement, peut-être déjà plus) le club a construit sa propre maison qui accueille les aujourd’hui 750 (à l’époque approximatif 400) membres du club. La salle principale de jeux est très lumineux c’est que donne une bonne ambiance. Et en plus il est rempli avec des dizaines et dizaines des trophées, gagnées tout au long l’évolution de cette Club de tradition d’Hambourg qui a été créé en 1830.

Figure 1 HSK Klubhaus

Figure 2 La Salle de Jeux
Sur place je rencontre le duo organisateur. Norbert Schumacher, maitre Fide et organisateur en chef du tournoi. Et Heinz-Werner Szudra, arbitre en chef.
La ronde commence à l’heure. Mon premier adversaire est Peter SCHNEIDER, qui avec son elo de 1379 ne semble pas une grand tâche à accomplir, mais bon, j’ai les noirs el if faut toujours être vigilant.
Alors, il ouvre avec 1.e4 et je me lance dans une sicilienne. Il me surprend un peu en jouent 2.f4 et on rentre dans une attaque grand prix qui n’est pas simple à jouer pour les noirs, mais bon, il faut le jouer...
Quelques minutes plus tard les choses se facilitent un peu car mon adversaire me laisse gagner une pièce contre deux pions. Mais il arrive aussi de fermer la position assez bien et d’essayer de mobiliser ses pièces restantes. Jeu technique jusqu’au fin ou il ne fallait pas rater un truc...après encore plus de 30 coups enfin 0-1 gagné :)
Il me reste encore un peu de temps libre pour prendre un repas dans une restauration rapide chinoise de à coté dont vous donne encore quelques impressions voici. De toute façon c’était à recommander ou à refaire.

Figure 3 Chez "Chinaland"
La ronde 2 commence à 15H30 pile, il faut être a l’heure. Apres une petite balade dans un parc du coin, je reviens pour ma deuxième bataille, sachant que cette fois ci c’est du lourd.
C’est le MI Markus Lammers, qui joue dans la "Bundesliga", la "top 12 " d’Allemagne.
J’avoue que je suis un peu nerveux car je n’ai pas trouvé assez de temps pour bien me préparer et je vois qui cette adversaire s’est battu avec des grands maitres autour d’elo 2500. Alors j’ai vu qu’il joue des temps en temps l’ouverture russe, et parfois il perd avec ça...idée !
Et voilà, une fois sur place l’ouverture russe arrive sur l’échiquier, la variante que je voulais jouer, super !
Peut-être c’est l’excitation, peut-être la fatigue de la partie avant, mais je n’arrive pas à calculer profondément dans cette partie, et quand mon adversaire joue le coup douteuse Fg4 ?! Je pense il faut renforcer la position avec Fg5 ! et je calcule Dxg5 Cxg5 FxD1 Txd1 et tout va bien et sinon il va probablement jouer Dc7 et âpres je jouerais h3 Fg4 Te1, etc.
Mais c’est le cauchemar qui arrive car il prend simplement Fxf3 qui attaque ma dame et mon fou au même temps, donc je prends sa dame, il prend ma dame et je veux prendre son fou, c’est quand je me suis rends compte que je viens de simplement perdre une pièce...et la partie...0-1 vraiment dommage, car si je joue tout d’abord h3 Fg4 g4 Fg6 Ce5 ! J’aurais obtenu une position favorable avec pas mal de jeu...
Mais après tout, le MI est très gentil, l’analyse est vite fait ensemble et j’apprends que lui partage en ce moment un appartement avec un ancien ami de mon école, Andreas ALBERS, membre du HSK, qui grâce à son implication dans l’organisation des échecs au sein du club d’Hambourg a bien pu renforcer les équipes jeunes et l’animation au club.
MI Markus Lammers sera donc intéressé de nous rendre visite à Toulouse pour l’évènement, L’EVENEMENT #grandiose 2020 l’année prochain (encore à définir ensemble avec le HSK). Je prends une « selfie » avec lui pour garder le contact.

Figure 4 Analyse avec MI Markus LAMMERS
Avec 1 point sur 2 parties c’était un premier jour un peu décevant concernant le résultat final, mais bon, c’est toujours possible, même probable de perdre contre un MI...quand on n’est pas MI soi-même.
Sur la ronde 3 le lendemain je me retrouve au echiquier avec un berlinois, Jens RENNSPIESS (1703 elo), une tache qui semble faisable.
Très vite on rentre dans une sicilienne, variante dragon accéléré, il ne semble être trop à l’aise avec cette ouverture et il préfère de prendre mon cavalier en c6 et avance avec son pion a e5 qui pousse mon cavalier a d7. Et là il a préparé une surprise pour moi, car au lieu de protéger son pion avec f4 il joue e6(?) (Diagramme) un coup tout à fait douteuse car les blanc auront pas grand-chose en échange pour cette pion central.

Figure 5 : RENNSPIESS,J - KRAUSE, M (0-1)
La suite c’est alors de la technique encore une fois mais mon adversaire prend son temps et jouera jusqu’au fin...dur pour moi car il ne restera pas de pause avant la ronde 4...vers 14H30 verdict 0-1, c’était ma partie le plus simple du tournoi, mais très long à la gagner.
Sur la ronde 4 je tombe sur Lutz FRANKE, elo 2156, un joueur expérimenté. Dans les minutes que me reste je trouve sur chessbase (https://database.chessbase.com/) quelques parties de lui et je vois qu’il joue très souvent le hollandais comme ouverture. Alors, vite-fait je regarde une variante moins connu, mais efficace contre la hollandaise pour me préparer.
Arrivé a l’échiquier, pas de surprise, la hollandaise arrive sur l’échiquier et je profite pleinement de ma préparation de 10 min. d’avant la ronde. L’adversaire joue ses coups a tempo et même avec ma préparation après 10 coups il a 20 min de plus sur sa pendule...attention ! Mais je me trouve bien dans cette ouverture qui garde un bonne control et la structure de pion intact sans faiblesse (voir Diagramme).

Figure 6 : KRAUSE,M - FRANKE,L (0,5-0,5)
Un peu fatiguée de la première ronde je me dis il vaut mieux terminer la journée avec 1,5 sur deux et avoir une adversaire moins fort le lendemain donc je propose la nulle et il accepte.
Mais mon plan d’une bonne prépa ne sera pas trop simple à réaliser, car mon prochaine adversaire due ronde 5, le jeune talent Daniel GROETZBACH, elo 2067, frère d’un MF du HSK (Julian GROETZBACH, elo 2291).
Malheureusement on ne trouve pas beaucoup des parties sur chessbase de Daniel, mais beaucoup des parties de son frère Julian. Alors je me prépare le soir avec Greg, qui essaie de se libérer au mieux car il avait des invités à la maison pendant Pacques... Greg trouve quand-même une idée, le Système Paulsen avec les noirs semble un bon system pour le défier.
Mais étant plutôt fan de la variante "Kan" (désolée Grég !) je me lance enfin sur une sicilienne Kan variation, en espérant que mon adversaire aura des problèmes avec cette ouverture...
Sur le 6ieme coup surprise, il joue tout suite f4 (voir diagramme) et ne pas le Cc3 attendu, et avec ce coup nous sommes sorties de ma préparation d’ouverture.

Figure 7 : GROETZBACH,J - KRAUSE,M (1-0) (1)
Alors je essaie de trouver une avantage pour moi en exploitant cette dite inexactitude dans l’ouverture, et je joue Cc6 qui demande au cavalier de se prononcer, car par ex. Fe3 ? n’est pas possible (perds un pion à cause de Cxd4 Fxd4 Dxf4. Alors il voit ça bien sûr et il joue Cxc6 (diagramme).

Figure 8 : Choix difficile...
Alors je me demande quoi faire ? Comment il faut reprendre ? Il y’a trois options, chacune avec des points fort et inconvénients. Sur bxc6 je crée un faible pion a6, donc pas vraiment favorable, car la colonne b ne semble apporter grand-chose. Sur dxc6 j’affaibli un peu mon centre car je prends avec un pion du centre un pion non central. Et Dxc6 n’ouvre aucune colonne de plus et la dame joue la deuxième fois dans l’ouverture.
Enfin je décide de jouer Dxc6 avec un plan de jouer aussi b5 et Fb7 pour créer une batterie avec Dame et fou. Il continue avec le petit roque et je pense qu’il faut développer mes pièces, donc je joue Fc5+ Rh1 et b5. Je vois qu’il peut jouer Dg4 toute suite que je me prépare à répondre avec g6, donc tout va bien...mais...encore une fois je n’ai pas bien calculé ma variante, car Dg4 arrive sur l’échiquier et quand je réponds avec g6, il joue f5 après une phase de réflexion (Diagramme) !

Figure 9 : GROETZBACH,J - KRAUSE,M (1-0) (3)
Et là je vois que ça va devenir très, très difficile encore s’en sortir avec un match nulle...
Quelques coups plus tard je lui offre l’échange afin de gagner un peu d’air libre à respirer :

Figure 10:GROETZBACH,J - KRAUSE,M (1-0) (4)
Mon adversaire, un vrai enthousiaste de l’Aéronautique et d’Airbus, avoue après le match qu’il croyait presque plus de l’encore gagner après qu’il m’a laissé les champs noirs plus tard dans la partie.

Figure 11 : GROETZBACH,J - KRAUSE,M (1-0) (5) après 52.c4
Mais étant en zeitnot permanent enfin les erreurs s’intègrent dans mon jeu et dans la position suivante (Diagramme) je joue b4 ? que perd la partie après c5 ! que gagnera une piece pour les blancs. 1-0.

Figure 12 : Analyse après le match...GROETZBACH,D (droite) - KRAUSE,M (gauche)
Alors avec 2,5 sur 5 je ne suis pas du tout content. Un peu déçu de ma performance et surtout de ne pas avoir eu le temps de me proprement préparer pour le système Paulsen conseillé par Grég, je me lance dans ma prochaine bataille, un jeune chinois talentueux, Lu SIYUAN (elo 1738) qui m’attends déjà sur l’échiquier.
Cette fois-ci j’ai les blancs, et après Cf3 Cf6 je transforme avec d4 d5 c6 Cc3 c6 dans une ouverture Slav.
On rentre dans ma variante préférée en ce moment, 8. g4 ! L’adversaire semble surpris et il joue dxc4 Fxc4 et h6. Apres 9.Tg1 je me trouve bien.
Mai le chinois continue avec prudence et ne fait pas des erreurs graves et essaie petit à petit d’améliorer sa position, donc à moi de monter une attaque…sauf je ne trouve pas une variante tactique qui me plait, alors je continue à prendre de l’espace et à monter la tension au centre en espérant un peu qu’il va bientôt se tromper…
Mais il ne se trompe pas et la position me demande plus un plus d’effort, et quand il joue 18…c5 ! (diagramme) je me trouve dans une position compliqué :

Figure 13 : KRAUSE,M - SIYUAN,L (1-0) (1) après 18...c5 !
J’avais calculé qu’il ne jouerait pas tout suite c5 car cette coup semble perdre un pion après axb5...mais c’était le seulement le cas le coup d’avant ! Dans cette position sa tour est déjà arrivé à c8 et si je joue 19. axb5 ?, il a une réponse monstrueuse : c4 !, que perd une pièce (« M X X D E ! ! »)
Alors je suis sous pression, car je n’ai aucune idée comment je peux m’en sortir de cette force noire. Dxc5 Dxd3 cxb6 me semble pas favorable car je perds la paire des fous…quoi faire ?
Là j’avais l’idée (totalement fou !) d’essayer un sacrifice qui pourrait lui perturber un peu : Cxb5 ?!. Car la suite n’est pas trop évident, même si c’est ne pas vraiment difficile à trouver pour un joueur expérimenté.
Dit, fait. Mais là encore déception, car même s’il rate le coup 19…c4, qui a été la meilleur réponse, il joue parfaitement correct la suite et ne me donne aucune chance de contre-jeu jusqu’à on arrive dans la position suivante :

Figure 14 : KRAUSE,M - SIYUAN,L (1-0) (2) après 24. Tg3
Surpris de sa bonne position, mais un peu effrayé de mes pions avancés au même temps, mon adversaire joue Da8 ? afin de garder le control de la diagonale en protégeant son fou.
Mais évidemment, ça ne marche pas ! Là j’ai une tactique gagnant : Txf3 ! et la dame ne peut pas reprendre car il y’a Fh6+ découverte avec perte de dame…Vraiment de la chance de dernier minute... !!
Mon adversaire fait encore quelque coups en essayent de me durcir la vie, mais trop et trop… et bientôt 1-0.
Une grand leçon à retirer de cette dernière partie : Quand on a l’avantage, il faut soit exploiter l’avantage ou il faut transformer cette avantage dans une autre avantage moins complexe, en simplifiant le jeu.
Il me reste la dernière ronde. Il ne faut pas trop attendre et les appariements sont connus ; grâce au compte WhatsApp du CATE, je les reçois en direct de mon président, qui, semble-t-il regarde sans-arrêt tous ce que ce passe a Hambourg…
Alors je joue contre Patrick GUENTHER (elo 2108) avec les noirs, tache plutôt difficile sans préparation… à voir.
Il joue 1.Cf3 que je réponds par c5, et après 2.e4 je me lance encore une fois dans ma variante Kan du Sicilien (1.e4 c5 2.Cf3 e6 3.d4 exd4 4.Sxd4 a6). Il joue 5.c4, la variation Maroczy que je connais assez bien, au moins pour les premiers coups pour ne pas faire de grandes bêtises…
Après quelques coups on arrive dans la position suivante (Diagramme) :

Figure 15 : GUENTHER,P - KRAUSE,M (0,5-0,5), (1) après 29.Ta-d2
Nous sommes déjà en zeitnot et je trouve 29.Fd5 sur l’échiquier qui me donne la dame en échange contre un tour, un fou et un pion.
Meilleur était Fe4 !, qui gagne la partie.
Sur Fd5 l’échange passe comme prévue et enfin on arrive dans la position finale du jeu après 36…Da7 !

Figure 16 : GUENTER,P - KRAUSE,M (0,5-0,5) (2) après 36.Da7 (=)
Etant en zeitnot maxi, je propose encore la nulle et mon adversaire accepte.
Il avait bien raison parce que les noirs vont jouer Dc5 au prochain coup et gagner une pièce. La position semble enfin perdue pour les blancs (!) mais je n’avais malheureusement pas le temps de l’exploiter. Match nulle.
Résultat final 4 sur 7 points et ne pas des elos perdus, le but minimal était atteint.
Merci à l’équipe du CATE qui m’a soutenu tout au long du tournoi.

Max KRAUSE

Ce rencontre a Hambourg - a part du fait que c’était son premier tournoi lent depuis plus que 10 ans !- a donné a "notre Occitan" Max une bonne occasion de renforcer nos contacts avec le HSK. Il était agréé de garder le lien et de trouver une date pour un évènement en Occitanie en 2020, l’idée de faire un tournoi des normes de maitres a évoqué un grand intérêt a Hambourg.
Faudra maintenant trouver la bonne date, possible dans la période d’été (juillet)...

Le club

Ouvert a tous!
Plusieurs séances pendant l’année avec le Maître International, Olivier TOUZANE

Le Jeudi: 12h00 - 14h00
Le Mercredi: 18h00 - 21h00

à l’Espace Loisir (bâtiment billetterie/médiathèque) Airbus Operations SAS, 316, route de Bayonne 31027 Toulouse (St. Martin)

Président:
Michael Schoettler
Trésorier:
Armand Bouychou Sécretaire:
Iryna Chernikova

Contact:
echecs@ceairbus.com