Les CATE fantastiques, au stage d’arbitrage de la FFE...

, par Faddavibre, Lobsy

« La motivation n’est rien, si elle n’est accompagnée d’une pointe d’inconfort », me dis-je lorsque notre voiture s’arrêta près du CROS (comprendre Comité Régional Olympique Sportif) de Balma, ce samedi 27 novembre à 8h30 du matin, alors que la pluie, mêlée à un vent glacial, semblait nous murmurer que, oui, devenir arbitre fédéral méritait des sacrifices.

Comme souvent, le CATE était le club s’étant le plus déplacé, nous en étions quatre représentants : l’adorable Min, Guillaume, Micah et votre serviteur, petit groupe que je surnommerai, en toute modestie, les « CATE fantastiques ».

Micah + Pierre+ Min + Guillaume
Micah + Pierre+ Min + Guillaume

Attirés par une subtile odeur de café, nos pas et nos capteurs olfactifs nous mènent à une petite cafétéria remplie de virils hommes dans la force de l’âge, et les dialogues qui s’y tiennent, à propos d’obscures vexations et de battes de base-ball, me font penser que ce stage démarre sous les meilleurs auspices et que les futurs arbitres fédéraux sont déjà prêts à en découdre avec ceux qui auraient l’outrecuidance d’oublier d’appuyer sur leur pendule.

Grossière erreur ! Nous étions tombés au milieu d’une amicale de motards, et nous devions chercher nos collègues stagiaires ailleurs. Nos sympathiques amoureux des Harley nous ont tout de même offert une tasse de café, non sans un regard en coin et un peu d’étonnement lorsque nous leur avons annoncé que nous étions là pour un stage d’échecs.

Nous étions onze à être venus apprendre les ficelles de cette (profession) activité ô combien importante d’arbitre fédéral de club sans laquelle la compétition ne serait pas ce qu’elle est : les CATE fantastiques donc, deux joueurs de Lardenne père et fils, un joueur de l’Echiquier Toulousain, un autre du CEIT, un joueur de Montauban et le président d’un tout nouveau club ariégeois.
Le week-end a été entièrement animé par l’excellent Pierre Lapeyre, arbitre international, et directeur juridique de notre fédération, et a commencé par le fonctionnement de la FFE, ce qu’était un DNA, un DRA, un RIDNA et autres sigles qui auraient pu faire penser à une personne extérieure qui se serait perdue dans les couloirs de notre centre que c’était à un stage de scrabble que nous assistions.

« Qu’est-ce que fait un arbitre ? » fut notre premier débat auquel mit fin l’horloge nous signalant qu’il était l’heure de remplacer nos appétits de connaissance par nos appétits tout court.

Le stage avait tout prévu, l’organisation était parfaite, et nous nous sommes retrouvés au « Chalet des moissons », nom absolument opaque comme une annexe de règlement de compétition fédérale, le repas était d’ailleurs offert par la Fédération, ce que nous avons trouvé très appréciable. Ce fut l’occasion de nous parler dans une ambiance plus conviviale, et d’honorer la sympathique cuisine de l’établissement.

A table !
A table

Retour au stage, le ventre plein et la tête vide, nous avons parlé de classement Elo (facile !) et des règles du jeu d’échecs. Facile aussi ? Non, pas du tout. C’est formidable de consacrer ses loisirs à un jeu pendant des années pour s’apercevoir qu’on n’en connaît pas la moitié des règles. Comment roquer, qu’est-ce qu’avoir le trait, qu’est-ce qu’un coup illégal, qu’est-ce qu’un coup illégal achevé, autant de subtilités qui, ainsi que nous l’a montré Pierre, notre superviseur, n’étaient pas claires pour beaucoup de joueurs, à commencer par les champions du Monde. Kasparov, Karpov et Carlsen maîtrisent-ils vraiment toutes les règles ? Rien n’est moins
sûr !

Ainsi un arbitre se doit de savoir quel est le résultat de la partie en cas de chute de drapeau (un joueur perd au temps) ou autres circonstances de jeu.

Testez vous
donc sur cette
position : les
noirs viennent
de prendre le
cavalier e4
dans leur main
et leur drapeau
tombe, quel
est le résultat
de la partie ?
Réponse en fin
d’article (*)

18h sonna le glas de ce samedi tellement intensif que même nos motards avaient disparu, sans doute partis faire une partie de base-ball sur leurs grosses bécanes quoique j’en doute au vu du froid qu’il faisait. Une bonne nuit de sommeil nous permettait de revenir encore plus frais le lendemain matin pour continuer notre tour d’horizon des règles du jeu d’échecs.

Nous avons vu d’autres situations très pratiques comme celle-ci : dans cette position, les blancs viennent de mettre leur pion en e8 et ont perdu au temps, quel est le résultat de la partie ? Réponse en fin d’article (**).

Après être allés encore une fois goûter aux moissons du chalet et discuter de l’actuel championnat du monde ou de cas pratiques d’arbitrage entre une entrecôte et une salade de chèvre, nous avons achevé notre stage par des questions d’examen qui, si elles nous semblaient piégeuses, n’en étaient pas moins passionnantes.

Stage terminé, il nous reste à passer l’examen le 11 décembre, puis à effectuer un stage pratique en milieu hostile (dans un tournoi d’échecs, rempli de ces joueurs prêts à mettre leurs rois en prise pendant cinq coups sans appuyer sur la pendule rien que pour nous embêter).

Nous avons adoré notre week-end, utile non seulement pour notre brillant (espérons) avenir d’arbitre fédéral, mais également en tant que joueurs de compétitions.

Décidément, Pierre Lapeyre était sans doute, finalement, le plus fantastique de tous !

 [1]

Notes

[1(*) La partie est déclarée nulle : les noirs ne peuvent pas gagner
parce qu’ils ont perdu au temps, mais le seul coup légal noir avec
ce cavalier met les blancs mat. Par des moyens légaux, les blancs
ne pourraient pas gagner non plus puisqu’ils sont mat au prochain
coup. Aucun joueur ne pouvant gagner, la partie est nulle.
(**) La partie est aussi déclarée nulle, les blancs ont perdu au
temps mais les noirs sont mat. En effet un pion arrivant en huitième
rangée est considéré comme représentant une dame par défaut. Il
y a donc une dame sur l’échiquier. Comme les noirs sont mat, ils
ne pourraient continuer la partie. Ni les blancs ni les noirs ne
gagnent, donc partie nulle

-->
Liens rapides
Le club

Ouvert a tous! Plusieurs séances pendant l’année avec le Maître International, Olivier TOUZANE

Jeudi: 12h00 - 14h00
Mercredi: 18h00 - 21h00

à l’Espace Loisirs (bâtiment billetterie/
médiathèque) Airbus Operations SAS, 316, route de Bayonne 31027 Toulouse (St. Martin)

Bureau
Président: Michael Schoettler
Trésorier: Armand Bouychou
Sécretaire: Iryna Chernikova

Contact:
echecs@cseairbus.com